jeudi 8 janvier 2009

Le conte d'Arbriel..


(Arbriel au milieu de ce tapis de neige se raconte...)


Brrr!.. Il fait froid ici, mais je tiens le coup, depuis le temps que je suis seule je sais comment passer le temps non!(silence)

Je dois dire que l'hiver se fait de plus en plus long avec les années, je vieilli je ne suis plus jeune jeune après tout et puis être seul commence à me peser lourd je dois l'avouer. Ah ce foutu vent qui me fouette l'écorce, il ne me laisse pas beaucoup de répit depuis quelques temps.

Je perd de plus en plus de branche à chaque année et j'ai bien peur que cette année encore l'hiver sera cruelle avec moi! J'ai déjà perdu presque tout le coté droit et ça c'est seulement en quelques semaines, imaginez de quoi j'aurai l'air le printemps venu!

(Long silence retournant dans ses pensées espérant ainsi réchauffer son coeur refroidi...)

Déjà 4 ans, et oui déjà 4ans que je ne l'ai pas revu, elle si fragile et si douce, elle si tendre et si sensible..(silence) Tourterella, elle venait me voir et caresser mes branches à tout les printemps puis un jour comme ça elle m'a dit" Arbriel, je dois te quitter, mais cette fois je ne reviendrai pas au prochain printemps.." j'ai cru qu'elle voulait me faire une blague mais j'ai rapidement vue dans son regard et son battement d'aile inhabituel qu'il n'y avait là aucune farce. "Mais pourquoi, pourquoi ne reviendra tu pas ma belle Tourterella..." puis elle porta sur moi un oeil ruisselé et me dit " Je suis malade, il est temps pour moi de quitter ce monde terrestre, je vais déposer mon plumage dans un endroit éloigné de tous.." , "Non! tu ne peu pas me quitter comme ça, dit moi ce que je peu faire, dit moi ce qu'il faut pour te guérir dit m..." puis elle ne me laissa pas terminer ma phrase, elle balaya son aile devant moi et me regarda accompagné d'un long silence auquel je n'avais aucunement envie de déroger et versant une larme elle s'envola sans jamais se retourner...(silence) je ne l'ai plus jamais revue...(silence)

Ah ce foutu vent, si au moins il y avait quelques arbres près de moi je ne recevrais pas autant de poudrerie! 1, 2, 3, 4, 5,... j'ai appris à compter vous savez, je n'ai rien d'autre à faire que d'apprendre alors voilà, je passe le temps, je regarde le temps, je compte le temps, je savoure le temps et d'autre fois je l'exècre le temps... mais toujours le temps reste avec moi, il ne me quitte pas, lui!...(silence)

Bon encore une rafale, Ah et puis tient je vais compter les rafales ça me fera quelque chose à faire aujourd'hui, demain je compterai peut être les flocons qui tombent si le temps est plus clément bien sur, 1 rafale, 2, 3, 4, 5, 6, .......(silence)

2 commentaires:

daniel a dit...

un très joli brin de poésie que celui là.le genre de texte qui réchauffe le coeur .

Dianerythmes a dit...

@daniel: Merci Daniel,en fait cette image m'a demané de l'a raconté tout simplement, et c'est ce que j'ai fait!..hihi ;-)